Madame Flyna

Petite forme théâtrale de 35 mn

A partir de 6 ans

Texte et mise en scène : Karima El Kharraze

Jeu : Mouna Belghali

Costumes : Emilie Carpentier

 

 

Vous connaissez les trappeurs de rêves ?

Ils attrapent vos rêves, ils les enferment dans des grands sacs noirs.

Alors les rêves n’arrivent plus à s’inspirer : ils meurent étouffés au milieu des détritusses.

Mais moi je ne veux pas ça !

Moi Madame Flyna je suis venue vous expliquer comment on fait pour rêver.

Mais pas dans votre pyjama de nuit non pas ça. 

Je veux vous expliquer comment on fait pour rêver quand on a les yeux ouverts.

 

 

 

Après une discussion sur les (non-)choix d’orientation des élèves avec le principal du collège Cézanne du quartier du Val Fourré à Mantes la Jolie, nous avons décidé de réfléchir à la question de manière poétique en mettant les rêves au centre du spectacle. Pour cela,nous avons choisi d'évoquer la figure de Touria Chaoui, première aviatrice du monde arabe.

 

De ses premiers avions en papier à son brevet de pilote, Madame Flyna en a traversé des épreuves. Là où elle vivait à Casablanca, l’école des pilotes était interdite aux filles et aux enfants marocains en général. À partir d’interactions avec les petits et les grands, Madame Flyna est un spectacle court à installer partout pour interroger les rêves et les choix d’orientation auxquels nous sommes tous confrontés. Inspirée de la figure de Touria Chaoui, première aviatrice du monde arabe, ce spectacle se veut une invitation à toujours commencer par le rêve. 

 

Quand elle entre en scène, la vieille dame qu’est Madame Flyna fuit ceux qui veulent attraper ses rêves et les mettre en cage. Elle a juste le temps de raconter l’histoire de la petite fille qu’elle a été avant de reprendre la route. Nous voulons par ce geste réaffirmer le pouvoir du rêve et du théâtre, c’est pourquoi notre Madame Flyna, contrairement à Touria Chaoui qui fut assassinée, continue son périple en invitant les enfants à ne jamais céder à la peur. 

 

 

BIOGRAPHIE DE TOURIA CHAOUI 

Issue d’une famille de la bourgeoisie marocaine, Touria Chaoui est née le 14 décembre 1936 à Fès. Sa famille s’installe à Casablanca en 1948. Son père, Abdelwahed Chaoui, est alors un journaliste reconnu, un des rares Marocains à avoir percé dans la rédaction d’un journal français (Le Courrier du Maroc), doublé d’un pionnier du théâtre et du cinéma marocain. 

Touria Chaoui qui, depuis toute petite, rêve de devenir pilote, est fortement encouragée par son père qui se démène pour l’inscrire à l’école de Tit Mellil, jusqu’alors réservée à l’élite française vivant au Maroc.
En 1951, âgée de seize ans, elle devient la plus jeune aviatrice du monde et la première aviatrice du monde arabe. Les journaux du monde entier ont relaté l’événement. Touria Chaoui reçoit les félicitations de toutes les organisations féminines ainsi qu’une photo dédicacée de Jacqueline Auriol, pilote d’essai, et nièce du président français Vincent Auriol. Le roi Mohamed V du Maroc la reçoit au palais pour la féliciter. Elle s’engage pour l’éducation des filles et milite pour l’indépendance du Maroc.

Le 1er mars 1956, alors qu’elle n’a que 19 ans, elle est assassinée devant le domicile familial. Le mobile de cet homicide n’a jamais été élucidé. 

 

 

 

 

 

 

 

CALENDRIER

Résidence du 16 au 20 novembre 2015 au Collectif 12

Création le 29 décembre 2015 - CVS Les Garennes à Mantes-la-Jolie

Représentations à l'école Monet (Mantes-la-Jolie) le 19 janvier 2016

Représentations au collège Cézanne (Mantes-la-Jolie) le 9 février 2016

Représentation au Théâtre de Verre (Paris) le 12 mars 2016

Représentations les 23 et 30 mars à l'école Pasteur (Meulan-en-Yvelines)

Représentations le 1er et le 25 mars à l'école de la Forêt et Bois Bohy (Evreux)

Représentation le 7 mai à la Médiathèque jeunesse de l'Institut Français de Casablanca